C.C.H.A

Centre Châtelleraudais d'Histoire et d'Archives

Association fondée en 1999, le C. C. H. A. a pour but de découvrir, protéger, exploiter et mettre en valeur l’histoire et le patrimoine du pays châtelleraudais par les recherches en archives et de témoignages.

Le syndicalisme des ouvriers de l’Etat avant 1914. L’exemple des Etablissements du Poitou-Charentes, Laurent Cantamessa

L’Etat, avant la Première Guerre mondiale, est présent dans de nombreux secteurs d’activité et notamment dans ceux touchant à l’armement. Il existe en Poitou-Charentes, quatre grands établissements de cette nature : l’Arsenal de Rochefort et la Fonderie de Ruelle, travaillant pour la Marine, la Manufacture d’armes de Châtellerault et la Poudrerie nationale d’Angoulême, placées sous l’autorité du ministre de la Guerre.

Dans ces départements dont l’économie est dominée par l’activité agricole et au sein de villes qui, Angoulême mise à part, ne possèdent pas d’autres industries notables, ces établissements occupent, en raison de leur importance, une place particulière. Plus de 750 ouvriers travaillent à la Poudrerie nationale au début du siècle, alors que la Fonderie de Ruelle en occupe un nombre supérieur à 1500. Ceci en fait les principaux établissements industriels de l’agglomération d’Angoulême. L’arsenal de Rochefort emploie environ 2700 ouvriers jusqu’à la guerre.
Enfin, le nombre d’ouvriers travaillant à la Manufacture de Châtellerault varie en fonction des commandes qui lui sont confiées. De 1886 à 1890, alors que la Manufacture connaît une phase de grande prospérité liée à la fabrication du fusil Lebel, 5800 ouvriers y travaillent. Signe de l’importance de la Manufacture à Châtellerault, la population de la ville varie en fonction de l’évolution de son activité.

 

La suite de l’article : Laurent Cantamessa, Le syndicalisme des ouvriers de l’Etat avant 1914. L’exemple des Etablissements du Poitou-Charentes