C.C.H.A

Centre Châtelleraudais d'Histoire et d'Archives

Association fondée en 1999, le C. C. H. A. a pour but de découvrir, protéger, exploiter et mettre en valeur l’histoire et le patrimoine du pays châtelleraudais par les recherches en archives et de témoignages.

Fêtes patronales et de quartier, Geneviève Millet

C’est un culte fort ancien, maintenu avec ferveur, ainsi qu’en témoignent nos journaux. De nombreuses professions vénèrent un saint-patron. C’est un protecteur, un conseiller, un consolateur, un signe de Dieu à leurs côtés. En général, on lui demande l’abondance dans les récoltes ou le bon déroulement du métier. Nous avons trouvé trace à Châtellerault de la fête des maçons, en mai 1851, des artilleurs en décembre 1876, des charpentiers en mars 1877-78-80, des couteliers en avril 1900. Saint-Fiacre est fêté par les jardiniers fin août –début septembre au début du XXe siècle, saint-Crépin par les cordonniers en novembre 1900, saint-Eloi par les forgerons de 1900 à 1913 puis reprise à partir de 1925. Les laboureurs honorent la saint-Blaise depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, les pompiers la Sainte-Barbe depuis1879 au moins, les musiciens la Sainte-Cécile. Voici les principales fêtes patronales. La Saint-Fiacre, la Saint-Crépin la Saint-Eloi ont disparu en temps que célébrations d’un corps de métier. Les commerçants, les forains, les cafetiers tenaient également leur fête dans les années 1910 jusqu’à la seconde guerre.

 

La suite de l’article : Geneviève Millet, Fêtes patronales et de quartier

Mot-Clé :